Lycée Elie Faure

33310 Lormont

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Accueil > Évènements > Actions > Travail europatrimoine avec le musée d'ethnographie

Travail europatrimoine avec le musée d'ethnographie

Restitution du travail EUROPATRIMOINE LUNDI 8 JUIN de 9h à 11h au CDI

Les élèves des classes de seconde 4 , 5  et 8 seront à leur tour les méditaeurs en présentant le lycée et leurs activités.

Pour l'occasion, les élèves de seconde 11 sont allés interviewer la classe de seconde 4 sur leur projet.

le musée d'ethnographie

Identités

Situé en centre ville sur le site de "la Victoire", le Musée d’ethnographie a été créé suite à la fondation de "l’Institut colonial", en  1894. Dans sa première phase d’existence, il apparaît sous l’intitulé : "Musée de Pathologie exotique et d’Études coloniales". Mais très rapidement, suite à l’arrivée massive d’objets ethnographiques, il devient le "Musée ethnographique et colonial" puis le "Musée d’ethnographie et d’études coloniales".

La collection tire son origine d’importants dons d’anciens élèves de "l’Ecole principale de Santé de la Marine" qui avaient suivi les cours de la "Faculté de Médecine de Bordeaux", et qui, en poste dans les colonies souhaitaient éclairer leurs cadets sur les mœurs et les us et coutumes de populations encore mal connues. Cet apport lui permet dès lors d’être le second musée universitaire en France pour les collections d’ethnographie exotique, après bien sûr, le Musée de l’Homme.

En 1915, les aléas de la Grande Guerre réduisent fortement son activité. Peu à peu, les salles d’expositions permanentes sont abandonnées au profit du réaménagement des locaux, elles disparaissent totalement en 1940. Seuls témoins de ce glorieux passé, les vitrines d’exposition installées dans les grandes galeries resteront visibles jusqu'en 1997, au moment où le site est réhabilité, ce qui conduit à leur déménagement dans les réserves.

Les éléments de cette rénovation se mettent en place à partir des années 1960, sans grands moyens mais avec l’aide d’étudiants et de jeunes chercheurs, de réaménager les vitrines d’exposition et de sauvegarder les réserves.

En 1999, le Musée s'ouvre à vous via l'Internet !

Les collections ethnographiques

Nos collections couvrent l'ensemble du monde extra-européen, avec une certaine prépondérance des cultures liées à l'histoire coloniale française. La majorité des objets relatifs à la vie quotidienne (vie domestique, habitat, vêtements, techniques de production et de transport, soins du corps, etc.) ainsi qu'aux croyances et aux activités artistiques, illustre les fondements matériels d'un certain nombre de cultures dont certaines, à l'époque des collectes, étaient pratiquement encore inconnues.

Facade_muse_ethnographie

 

Façade du musée d’ethnographie à Bordeaux

Les élèves de seconde 4 au musée d’ethnographie

Article des élèves de la classe de seconde 11

Dans le cadre du projet de classe europatrimoine, les élèves de secondes 4 ont eu la chance et la joie d’aller visiter le musée d’ethnographie à Bordeaux, place de la Victoire. Pour comprendre cette aventure, je suis partie interviewer Kelly, une élève de cette classe.

En quoi consiste ce projet europatrimoine ?

Il s’agit de travailler sur le patrimoine européen. Ainsi dans plusieurs disciplines, nous étudions des œuvres d’art que nous les analysons sur notre cahier d’histoire des arts. Nous avons participé aux journées du patrimoine le week-end des 20 et 21 septembre. Nous effectuons aussi des sorties au musée d’ethnographie. Nous avons appris à distinguer le patrimoine matériel du patrimoine immatériel.

Pourriez-vous me dire ce que signifie patrimoine matériel et patrimoine immatériel ?

Le patrimoine peut se définir comme les biens acquis et transmis par héritage. Il est désormais convenu de distinguer le patrimoine matériel (tangible) du patrimoine immatériel (intangible). Le patrimoine immatériel est l’ensemble des pratiques culturelles, coutumes, expressions, savoirs faire rites ou héritage transmis de génération en génération et que les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel.

Quel était le but de ces journées du patrimoine ?

Ces journées ont pour but de découvrir des édifices publics ou des demeures privées, des lieux de mémoire qui ouvrent exceptionnellement leurs portes.

Combien de temps avez-vous passé à la préparation de ces sorties ?

La préparation de ces sorties est le travail d’une année. Nous avons analysé plusieurs œuvres d’art en cours de Français et d’histoire-géographie. Nous avons aussi étudié l’origine de certains mots, certaines coutumes, certains rites comme Noêl, la politesse ….Nous avons de même réalisé des cartes mentales sur notre projet.

Qu’est-ce qu’une carte mentale ?

Une carte mentale permet de travailler les représentations des élèves sur une notion.

Quelle est la prochaine étape de votre projet ?

Il s’agit de la restitution de notre projet. Les médiatrices qui nous ont accueillis au musée vont nous rendre visite au lycée et nous allons jouer, par petites groupes, le rôle de médiateur pour leur faire visiter notre lycée.

Quel moment avez-vous préféré ?

Au long de ces multiples visites au musée, j’ai principalement apprécié la dernière visite, car nous avons découvert une exposition éteinte sur le patrimoine immatériel, ce qui est très original et peu courant. À la fin de l’exposition, nous avons pu assister à un échange avec les médiatrices sur l’exposition. Elles nous ont présenté les différents métiers représentés au musée dont la plupart étaient peu, voire inconnus pour nous. Nous avons ainsi découvert les métiers suivants : gestion des archives et des collections, guide et médiateur.

Leur cahier d’Histoire des Arts, leur servant de carnet de route, les suit tout au long de l’année. Les élèves préparent et prennent note des différentes sorties qu’ils réalisent. Lors de la sortie dans le cadre du patrimoine européen, les élèves ont pu découvrir des biens et des cultures sociales anciennes grâce aux traces conservées au sein du musée ainsi que visiter des lieux plutôt secrets. Ils ont pu réaliser de nouvelles tâches comme par exemple confectionner une carte mentale qui laisse une trace de leur expérience. Toutes ces visites les mènent à leur projet final : faire visiter notre lycée aux médiatrices qui les ont accueillis au musée.  

{\tabs}