Lycée Elie Faure

33310 Lormont

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Accueil > Évènements > Actions > PROJET 2°4 « En quête de nouvelles policières »

PROJET 2°4 « En quête de nouvelles policières »

Avec l’aide d’une policière, Mme LAUTRETTE, la classe de seconde 4 se lance dans l’écriture d’une nouvelle policière. Mme BLANCARD, professeur documentaliste relate la première rencontre…

Rencontre des 2°4 avec la policière

Mercredi 3 décembre il est 8h lorsque les élèves de la 2nde4 rencontrent pour la première fois Mme Céline Lautrette, brigadier de police. Dans le cadre de leur participation au concours d’écriture « Lycéens, en quête de nouvelles policières », elle y apporte son expérience du terrain. La rencontre a lieu au CDI du Lycée Elie Faure en présence de leur professeur de français, des professeurs-documentalistes et des CPE du Lycée. Cette rencontre avait été sérieusement préparée : ils avaient élaboré une carte mentale sur l’image qu’ils se faisaient de la police.

Le cours débute par la projection de leur travail. Les élèves à tour de rôle présentent la carte et expliquent comment ils ont modélisé leurs représentations autour de 4 axes : les missions de la Police, le statut du policier, les limites de sa fonction et enfin ses conditions d’exercice.

Le brigadier Céline Lautrette découvre leur vision de la Police et leur propose de regarder un film sur les métiers de la Police. La carte s’enrichit de nouveaux éléments. Après le film, la discussion s’engage.Les élèves ne tarissent pas de questions sur les différents métiers de la police. L’échange est animé et la fonctionnaire de Police présente leur code de déontologie régissant les droits et devoirs du policier.

À Saïd qui demande « Vous ne dormez jamais ? » le brigadier répond que l’on est policier 24h sur 24.

 Wassila l’interpelle « Est-ce difficile de se faire accepter lorsqu’on est une femme dans la Police ? »

Rencontre des 2°4 avec la policière

Céline Lautrette se réfère  à  son expérience personnelle. Lorsqu’elle est entrée dans la Police, il n’y avait que 25% de femmes. Elle explique aux élèves qu’aujourd’hui les mentalités ont beaucoup évoluées et que les femmes peuvent accéder à toutes les « strates », tous les postes de la Police. De plus, elles ont parfois une vision différente des situations ou sont des interlocutrices privilégiées dans certaines interventions.  Elle présente ensuite aux élèves « les indices » qu’elle a apportés et qui serviront d’amorce à l’écriture de la nouvelle. Le premier indice est une fiche de signalement annonçant la disparition inquiétante d’une mineure. Suivent ensuite des documents officiels utilisés par les policiers au quotidien : un télégramme et un procès-verbal d’audition.

La séance touche à sa fin, les élèves ont maintenant en leur possession les éléments déclencheurs à l’écriture de leur nouvelle. La rencontre a été riche et fructueuse. Au final, la policière retiendra « la tolérance et l’ouverture d’esprit  » des lycéens à l’égard de la Police, « ce qui n’est pas évident pour des jeunes de cet âge-là » comme elle le rappelle.

Avec l’aide d’une policière, Mme LAUTRETTE, la classe de seconde 4 se lance dans l’écriture d’une nouvelle policière. Mme BLANCARD, professeur documentaliste relate la première rencontre…

 Mercredi 3 décembre il est 8h lorsque les élèves de la 2nde4 rencontrent pour la première fois Mme Céline Lautrette, brigadier de police. Dans le cadre de leur participation au concours d’écriture « Lycéens, en quête de nouvelles policières », elle y apporte son expérience du terrain. La rencontre a lieu au CDI du Lycée Elie Faure en présence de leur professeur de français, des professeurs-documentalistes et des CPE du Lycée. Cette rencontre avait été sérieusement préparée : ils avaient élaboré une carte mentale sur l’image qu’ils se faisaient de la police.

Le cours débute par la projection de leur travail. Les élèves à tour de rôle présentent la carte et expliquent comment ils ont modélisé leurs représentations autour de 4 axes : les missions de la Police, le statut du policier, les limites de sa fonction et enfin ses conditions d’exercice.

Le brigadier Céline Lautrette découvre leur vision de la Police et leur propose de regarder un film sur les métiers de la Police. La carte s’enrichit de nouveaux éléments. Après le film, la discussion s’engage.Les élèves ne tarissent pas de questions sur les différents métiers de la police. L’échange est animé et la fonctionnaire de Police présente leur code de déontologie régissant les droits et devoirs du policier.

À Saïd qui demande « Vous ne dormez jamais ? » le brigadier répond que l’on est policier 24h sur 24.

 Wassila l’interpelle « Est-ce difficile de se faire accepter lorsqu’on est une femme dans la Police ? »

Céline Lautrette se réfère  à  son expérience personnelle. Lorsqu’elle est entrée dans la Police, il n’y avait que 25% de femmes. Elle explique aux élèves qu’aujourd’hui les mentalités ont beaucoup évoluées et que les femmes peuvent accéder à toutes les « strates », tous les postes de la Police. De plus, elles ont parfois une vision différente des situations ou sont des interlocutrices privilégiées dans certaines interventions.  Elle présente ensuite aux élèves « les indices » qu’elle a apportés et qui serviront d’amorce à l’écriture de la nouvelle. Le premier indice est une fiche de signalement annonçant la disparition inquiétante d’une mineure. Suivent ensuite des documents officiels utilisés par les policiers au quotidien : un télégramme et un procès-verbal d’audition.

La séance touche à sa fin, les élèves ont maintenant en leur possession les éléments déclencheurs à l’écriture de leur nouvelle. La rencontre a été riche et fructueuse. Au final, la policière retiendra « la tolérance et l’ouverture d’esprit  » des lycéens à l’égard de la Police, « ce qui n’est pas évident pour des jeunes de cet âge-là » comme elle le rappelle.