Lycée Elie Faure

33310 Lormont

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Accueil > Lettres > Le latin au lycée Elie Faure

Le latin au lycée Elie Faure

Imprimer

Pourquoi choisir le latin ?..


Des atouts pour la scolarité


Le latin est une langue de culture : on étudie une langue, mais aussi une civilisation, son histoire, sa littérature, ses mœurs... Cela permet une ouverture culturelle qui favorise l'appréhension de la pensée, de la philosophie, de la littérature et de l'art des pays occidentaux : bref, un atout pour les autres matières !


Le latin développe des qualités de raisonnement logique, d'exactitude et de finesse : la phrase est comme une énigme à résoudre en s'appuyant sur des indices précis.


L'analyse des textes latins est aussi un atout pour la pratique du commentaire en français.


Étudier le latin permet de mieux connaître et maîtriser la langue française : 80% du vocabulaire français est en effet issu du latin ; connaître le latin permet de mieux s'exprimer, de choisir le mot juste ou la tournure appropriée.


Enfin, ces atouts valent aussi pour les langues étrangères. La connaissance du latin permet de mieux aborder leur compréhension et leur pratique : le vocabulaire espagnol ou italien est plus facile à retenir, le système des cas plus compréhensible en allemand ou en russe.

 

Un bonus au baccalauréat...


Dans toutes les séries générales (L, ES, S), le latin peut être une option facultative que l'on présente à l'oral : si c'est la première option facultative, les points dépassant la moyenne sont multipliés par trois et s'ajoutent au total des autres matières : ce bonus permet très souvent aux latinistes d'obtenir une mention au baccalauréat. (épreuve orale : coeff. 3)


En série L, on peut aussi le choisir comme enseignement de spécialité que l'on présente à l'écrit (coefficient 4).

 

... et aussi après


Beaucoup d'écoles accessibles avec le bac exigent une mention, de plus en plus la mention Bien. L'option Latin, à l'oral, bénéficie d'un coefficient 3. Seuls les points supérieurs à la moyenne comptent ; un élève consciencieux est noté en général entre 15 et 20 : les points ainsi obtenus sont souvent déterminants pour l'obtention de la mention et donc l'admission dans certaines écoles.


Le Latin est obligatoire pour les études de Lettres Modernes ou Classiques, de Théologie, très conseillé, voire indispensable, pour des études d'Histoire, d'Archéologie, de Droit ou de Philosophie.


Des élèves de S ou de ES s'orientent vers des classes préparatoires littéraires, commerciales ou vers Sciences Po. Or le Français ne leur est enseigné au lycée que jusqu'à la fin de 1ère. En terminale, ils n'ont plus de contact avec la littérature sauf en Latin où l'on continue à découvrir et à commenter des œuvres littéraires. Dans les classes préparatoires scientifiques, ils retrouvent un enseignement de Français auquel ils s'adapteront plus vite et mieux : l'exercice de résumé en classe scientifique exige une rigueur à laquelle les latinistes sont habitués.


L'école des Hautes Etudes Commerciales (HEC) propose aux étudiants des classes préparatoires littéraires le latin dès le concours d'entrée.

 

 

Les thèmes abordés :


En seconde :

Vous pouvez consulter cette page pour plus d'information : Exploration et option latin en seconde

 

En première :

Le programme est en lien avec le programme avec le programme de français.

  • Récits et témoignages : formes narratives et romanesques ; lettres et épigrammes
  • La rhétorique - l'orateur et la puissance de la parole : apprentissage de la rhétorique ; parole et liberté ; grands orateurs
  • Le théâtre : texte et représentation
  • La poésie - amour et amours : désir et séduction ; passions et tourments ; amour et harmonie ; passions fatales

 

En terminale :

Le programme est en lien avec le programme de philosophie.

  • Interrogations philosophiques : choix de vie, construction de soi ; épicurisme et stoïcisme
  • Interrogations scientifiques : sciences de la vie ; astronomie ;
  • Interrogations politiques : idéaux et réalités politiques ; la notion de décadence : le mythe de l'âge d'or et l'idéalisation du passé ; mutations culturelles et religieuses
  • Une oeuvre au programme Pour les années scolaires 2009-2010 et 2010-2011, il s'agit de L'Art d'aimer d'Ovide